Malgré les bourrasques de vent froid, malgré un virus à nouveau menaçant, le débrayage de la fonction publique a été bien suivi, ce jeudi après-midi, à Genève. Selon un décompte de l’agence Keystone-ATS, la mobilisation a réuni près de 3500 personnes. Après un début hésitant, à la place de Neuve, l’arrivée des représentants du secteur des soins a fait la différence. Le personnel soignant a d’ailleurs été placé en tête du cortège qui a défilé dans les Rues-Basses. Les slogans reflétaient cette domination hospitalière: «Héros un jour, trop cher le lendemain», «Y a de la colère dans le cathéter».