La fonction publique ne touchera pas d’annuité en 2012 à Genève. En prélude à son débat budgétaire annuel, le Grand Conseil a voté vendredi matin cette mesure censée contenir l’explosion du déficit. Verts, socialistes et MCG ont tenté en vain de soutenir la volonté du Conseil d’Etat de limiter cette mesure d’austérité à la suppression d’une demi-annuité seulement.

Le ministre des Finances David Hiler a expliqué que c’est à contrecœur que le gouvernement s’est résolu à jouer sur l’augmentation annuelle accordée aux fonctionnaires en début de carrière.

«Cette mesure est injuste parce qu’elle ne touche pas tout le monde, a reconnu l’écologiste. Mais il paraissait difficile, alors que nous venions avec des propositions fiscales et que nous mettions les régies publiques à contribution, qu’il n’y ait rien qui affecte la fonction publique.»

Déficit prévu de 352 millions de francs

La majorité de la Commission des finances avait alourdi la proposition de l’exécutif en suspendant la totalité de l’annuité. Cette majorité a persisté, en dépit de la proposition du Conseil d’Etat de revenir à la demi-mesure, en compensant cette décision par une recette supplémentaire.

Le gouvernement proposait de voter en urgence l’une des mesures proposées dans le plan financier quadriennal: une réduction de la rétribution versée aux entreprises qui opèrent la taxation à la source de leurs employés. Ce projet a finalement été renvoyé en commission.

«Cette contrepartie proposée par le Conseil d’Etat ponctionne les entreprises et ne constitue pas une mesure d’économie, donc nous campons sur notre position», a argué le PDC Guy Mettan.

L’examen du budget proprement dit a démarré peu avant 9h30 vendredi. La planification, telle que sortie de commission, prévoit un déficit de fonctionnement de 352 millions de francs. Ce projet est soutenu par une majorité étriquée constituée par les libéraux, les radicaux, le PDC et les Verts. MCG, UDC et socialistes s’apprêtent à le refuser.