Vingt milliards de francs sont à disposition pour étendre l’infrastructure ferroviaire d’ici à 2035 et une tranche supplémentaire d’environ 5 milliards est envisagée à l’horizon 2040. Mais les projets annoncés par les cantons représentent une cinquantaine de milliards. Il y aura des déçus. A l’heure où les transports publics sont considérés comme un vecteur clé de la protection du climat, certains se demandent s’il ne faudrait pas inverser la focale. C’est le cas de l’association SwissRailvolution, créée mercredi à Berne.