Le Suisse de 25 ans qui a blessé deux gendarmes mardi à Orbe (VD) en les aspergeant d’huile bouillante a été arrêté mercredi à 12h50 dans le Jura français. Il a pu fuir dans ce pays grâce à l’aide d’un collègue. Sous mandat d’arrêt international, il fera l’objet d’une procédure d’extradition.

L’enquête a permis d’identifier deux points de chute possibles en France voisine, a relevé la police cantonale mercredi dans un communiqué. Les contrôles de la gendarmerie française ont permis de constater que le fuyard avait pénétré par effraction dans une maison appartenant à sa famille, près de Picarreau (F), avant de quitter les lieux à vélo.

Le jeune homme a été interpellé à Crançot sur la route nationale en direction de Lons-le-Saunier. Il s’est présenté sous une fausse identité, mais les contrôles effectués en France et en Suisse ont permis de le confondre en milieu d’après-midi.

Séquestration et enlèvement

Le prévenu est actuellement à disposition du parquet de Besançon. Mardi, le procureur de service avait délivré un mandat d’arrêt international pour séquestration et enlèvement, ainsi que pour violence et menaces contre les autorités et fonctionnaires.

En matinée, l’homme avait aspergé d’huile bouillante deux gendarmes du Détachement d’action rapide et de dissuasion (DARD), leur infligeant de graves brûlures. Les policiers étaient intervenus à son domicile d’Orbe, alors qu’il venait de séquestrer son épouse, une Algérienne de 23 ans.

Profitant de la confusion provoquée par son geste, le forcené a réussi à prendre la fuite à bord de sa voiture, manquant de peu d’écraser un agent de police. Grâce à un témoignage, le véhicule du fugitif a été retrouvé vide en fin d’après-midi aux Clées (VD).

Aide d’un collègue

L’enquête a permis de démontrer que l’homme a fait appel à un collègue de travail pour le conduire en France voisine. Ce dernier l’a déposé sur un parking à proximité du lac de Saint-Point vers 15h30- 16h00, avant de rentrer en Suisse.

Le mari violent était connu des services de police pour des infractions à la loi sur les stupéfiants.