Vers un non à l’initiative du PDC sur les familles

Sondage Le texte et celui des Vert’libéraux sur la taxe sur l’énergie seraient refusés

Pour les deux initiatives soumises en votation populaire le 8 mars, la chute est brutale. La tendance au rejet se précise. Selon le dernier sondage gfs.berne pour la SSR, l’initiative du PDC «Aider les familles», qui veut défiscaliser les allocations pour enfants, serait rejetée par 50% des votants (+17%) et n’obtiendrait plus que 40% de soutien. Une chute brutale de 12 points depuis le sondage favorable du 20 janvier. Seules 10% des personnes interrogées seraient encore indécises.

L’enquête confirme aussi le net rejet du projet du Parti vert’libéral «Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l’énergie», qui sombre à 19% de oui, soit un recul de 10%, contre 73% de non (+15%).

Comme toujours, l’institut gfs.berne se veut prudent et parle d’une photographie à un moment précis. Mais la tendance vers un rejet des deux textes est claire. On retrouve ainsi le phénomène le plus courant avant une votation: le soutien aux initiatives est élevé au début de la campagne, avant de retomber par la suite.

Manifestement, la mobilisation des adversaires de l’initiative pour la défiscalisation des allocations, qui a commencé plus tardivement, a un certain impact. Cela explique la nervosité des dirigeants du PDC et leurs accusations contre le revirement du PS à ce sujet. En janvier, avec 52% d’intentions en sa faveur, le PDC pouvait encore rêver de l’emporter.

Certes, l’électorat du PDC soutient toujours largement le projet de défiscalisation (61%), mais, depuis le sondage de janvier, l’effritement (–16%) dans ses propres rangs est manifeste. Même parmi les sympathisants de l’UDC, qui recommande pourtant officiellement l’acceptation, la tendance au refus est nette: 36% de oui contre 54% de non.

C’est entre les couples avec ou sans enfants que la différence est la plus sensible. L’initiative serait soutenue par une majorité de parents, mais rejetée à un contre deux par les électeurs sans enfants. L’appui à la proposition démocrate-chrétienne aurait même progressé auprès des personnes ayant trois enfants ou plus.

Pour les adversaires, l’argument le plus partagé est le fait que la perte de rentrées fiscales devrait être compensée par les autres contribuables. Et plus de la moitié estime injuste que les familles démunies profitent moins de la défiscalisation que les plus riches. Alors que l’argument des partisans, l’augmentation constante des charges pour les familles, est en recul.

Taxe sur l’énergie

Pour les Vert’libéraux, l’échec annoncé depuis des semaines se confirme. Le remplacement de la TVA par une taxe sur l’énergie perd même 26% d’opinions favorables chez les Verts, qui ne sont plus que 48% à annoncer leur intention de voter oui. Le soutien a reculé de 16% au PS.