Ce que le milieu de l’asile redoutait par-dessus tout s’est produit. Mercredi dernier, un Afghan de 18 ans s’est donné la mort à la suite d’une décision de renvoi vers la Grèce, où il affirmait avoir subi des violences physiques et sexuelles dans le camp de Moria, sur l’île de Lesbos. Arrivé en Suisse au printemps 2021 dans un état psychologique fragile, Alireza était hébergé au foyer de l’Etoile, en compagnie d’une centaine d’autres requérants d’asile mineurs non accompagnés (RMNA). Apprécié de tous, curieux et bosseur selon ses anciens éducateurs, il tentait depuis de se reconstruire.