Cela fait plus de cinq ans qu'André Babey lutte contre le nouveau statut de la fonction publique, en particulier le salaire au mérite. Infatigable et quelque peu obstiné, il a animé plusieurs grèves et des dizaines d'assemblées sans se lasser. Pour ceux qui en doutaient encore, il précise que sa lutte «n'est pas un particularisme, mais une détermination».

Cet hom-me de convictions a avalé des couleu-vres dans ses rapports avec le Conseil d'Etat et certaines catégories de délégués du personnel qui ont trouvé qu'il était trop intransigeant. Ce n'est pas un homme de consensus. Socialiste en rupture de ban, il figure sur la liste des petits partis. La gauche-caviar ne le lui pardonnera pas.