Surnommée par le Blick la «terreur des paysans», Franziska Herren est à l’origine de l’initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine». Sa proposition citoyenne exige que les exploitations agricoles renoncent à l’utilisation de pesticides ou d’antibiotiques à titre préventif et produisent leur propre fourrage, si elles veulent continuer à recevoir chaque année près de 3 milliards de francs de subventions fédérales. Professeure de fitness dans une petite commune bernoise, cette quinquagénaire obstinée se défend cependant d’avoir une dent contre le monde agricole. Bien au contraire.