Après Orsonnens, dans la Glâne fribourgeoise, les limiers de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) se penchent sur la fromagerie de Peney-le-Jorat, dans le district d'Oron, l'une des plus grandes du canton de Vaud. Une «enquête pénale administrative» pour fraude au contingentement laitier a été ouverte, après qu'une procédure préliminaire a renforcé les soupçons. «C'est le début de l'enquête officielle, qui peut encore durer plusieurs mois, explique Hans Wintsch, responsable de la section droit et procédure de l'OFAG. Elle se concentre pour le moment sur le respect des contingents pour les années 1997 et 1998, mais nous irons plus loin si nécessaire», précise le fonctionnaire, qui ne veut communiquer aucune indication sur l'importance de la fraude éventuelle.

Raymond Overney, le patron de la fromagerie, réagit en se plaignant de la lenteur avec laquelle les inspecteurs de l'OFAG travaillent. «Cette enquête a commencé en avril dernier, j'ai déjà été auditionné en décembre et on nous promettait la clôture pour la fin de l'année, je ne sais pas ce qu'il peut y avoir de nouveau», lance-t-il. Le fabricant admet avoir écoulé du fromage non déclaré: «C'est vrai, j'ai déraillé, admet-il. Mais c'était en 1996 et 1997 et, depuis, je me suis mis en règle.» Le patron de la fromagerie, qui a transformé l'an dernier en gruyère 3,7 millions de kilos de lait livré par 29 agriculteurs, rejette la comparaison avec l'affaire d'Orsonnens, le cas de fraude le plus grave découvert en Suisse. «Nous ne leur arrivons pas à la cheville», commente-t-il. Selon lui, il n'y aurait pas à Peney tout un système de fraude autour de la fromagerie. Seul un producteur et lui-même ont pu avoir quelque chose à se reprocher. «La société laitière est hors du coup», assure-t-il.

Du côté de la police fédérale du lait, on ne parle pas le même langage. «Nous nous concentrons sur le respect du contingentement laitier et non sur les livraisons de fromage, indique Hans Wintsch. L'enquête déterminera quels volumes de lait ont été produits hors contingents et par qui, précise-t-il tout en refusant d'indiquer qui précisément sont le ou les inculpés dans cette affaire. Lorsque Raymond Overney a été interrogé l'an dernier, c'était uniquement comme témoin. Contrairement à ce qui s'est produit à Orsonnens, aucune marchandise n'a été saisie à Peney.»

Pour quelques semaines encore, l'OFAG a une compétence illimitée de juger en première instance les fraudes au contingentement laitier. C'est ce qui lui a permis d'infliger une amende salée de 1,6 million de francs aux producteurs d'Orsonnens. Dès le 1er mai, la tâche sera reprise par les tribunaux cantonaux, conséquence parmi d'autres de la libéralisation progressive introduite dans l'économie laitière.