L’information était dans l’air: l’ancien conseiller d’Etat neuchâtelois Frédéric Hainard n’a pas commis, à titre intentionnel, les actes qui lui sont reprochés alors qu’il était procureur suppléant de la Confédération. Selon le Ministère public, il n’a pas agi consciemment de manière illicite. L’ex-ministre PLR avait emmené sa maîtresse lors d’une enquête en Amérique du Sud, l’employant comme traductrice. De ce fait, Frédéric Hainard ne remplit pas un élément constitutif de la violation de la souveraineté territoriale étrangère. Le procureur général de la Confédération n’a ainsi pas donné suite à la demande d’ouverture d’une procédure pénale.