«Il est clair que le vote, très net, des Genevois en février a eu une influence sur notre position.» Le contre-projet du Conseil d'Etat fribourgeois à l'initiative contre la fumée passive est finalement plus restrictif que prévu (LT du 20.12.2008). Présenté hier par la directrice de la Santé et des affaires sociales, la socialiste Anne-Claude Demierre, il bannit totalement le tabac des lieux publics. Les consommateurs auront l'autorisation de fumer uniquement dans des locaux séparés et spécialement aménagés (notamment au niveau de la ventilation), où aucun service à la clientèle ne sera autorisé. Une disposition similaire à celle proposée par le gouvernement vaudois (LT du 14.03.2008).

Le projet de loi mis en consultation comprenait pourtant une autre variante, laissant aux restaurateurs le libre choix d'exploiter leur établissement sous le label «fumeur». Cette solution avait la préférence des partis bourgeois et des milieux économiques. Le Conseil d'Etat ne l'a pourtant pas retenue, pressentant qu'elle serait balayée par le peuple.

Si le Grand Conseil suit le Conseil d'Etat - ce qui n'est pas encore acquis - les Fribourgeois voteront alors en même temps sur l'initiative, qui a recueilli 12 253 signatures, et sur la proposition gouvernementale. En cas d'acceptation des deux objets, une question subsidiaire tranchera. Le scrutin aura lieu le 30 novembre.

«L'initiative va trop loin. Elle ne permet par exemple pas de fumer dans une chambre individuelle d'un EMS ou dans une cellule de prison. Les Genevois rencontrent du reste d'énormes difficultés à la mettre en pratique. Notre contre-projet a le mérite de protéger de la fumée passive, tout en étant davantage pragmatique», note Anne-Claude Demierre.

Par ailleurs, le Conseil d'Etat propose au parlement cantonal une modification de la loi sur le commerce pour interdire la vente de tabac aux jeunes de moins de 16 ans. Le débat se déroulera lors de la session de juin.