Election complémentaire 

A Fribourg, le PLR mise sur Didier Castella

Pour occuper le siège vide laissé par la démission de Marie Garnier, les Libéraux-Radicaux fribourgeois présenteront la candidature de leur ancien président, Didier Castella

Dans la course à l’élection complémentaire du Conseil d’Etat fribourgeois du 4 mars prochain, le comité directeur du Parti libéral-radical soutient son député Didier Castella comme unique candidat. Le Gruérien de 47 ans, cadre à la Confédération, a notamment été président de la section cantonale de son parti de 2012 à 2017. L’assemblée des délégués PLR fribourgeois se prononcera le 11 janvier prochain.

Le siège vacant laissé par la ministre démissionnaire, l’écologiste Marie Garnier, ne sera par contre pas brigué par le conseiller national UDC Pierre-André Page. «Entre Fribourg et Berne, je choisis Berne», a-t-il déclaré dans un communiqué, en ajoutant qu’il se présenterait aux prochaines élections fédérales du 20 octobre 2019. L’UDC fribourgeoise maintiendra-t-elle sa volonté de présenter un candidat? Sébastien Dorthe, président du PLR cantonal relève que «l’UDC a de la peine à trouver un candidat». «Nous avons bon espoir que le PDC nous soutienne autour de Didier Castella qui est un rassembleur-né», confie-
t-il. La majorité de droite du gouvernement fribourgeois, trois élus PDC et un élu PLR face à deux socialistes et une Verte démissionnaire, pourrait se renforcer.

Une gauche divisée

De son côté, le PDC se montre plus prudent. «Deux partis de l’entente de 2016, le PLR et l’UDC, partent séparément, ce que nous regrettons. Nous étions pour une seule et unique candidature à droite, qui aurait été soutenue par la majorité formée par nos trois partis. Nous ne nous prononçons pas encore sur notre potentiel soutien à Didier Castella, nous attendons de découvrir la qualité des autres candidats», déclare André Schoenenweid, président de la section cantonale du PDC.

En face, la gauche est divisée. L’écologiste Sylvie Bonvin-Sansonnens s’est bien portée candidate. Mais pour conserver leur siège, les Verts, qui ne pèsent que 5% de l’électorat ont besoin d’un appui total des socialistes. Et la conseillère nationale socialiste Valérie Piller Carrard a dernièrement annoncé son intérêt. La course à la succession de Marie Garnier est bel et bien lancée jusqu’au 22 janvier, date de dépôt de liste.

Publicité