politique

Fribourg et Schwyz adoptent des règles sur la transparence financière des partis

A Fribourg, l’initiative cantonale sur la transparence du financement politique a été plébiscitée par plus de deux tiers des votants. A Schwyz, les citoyens ont approuvé à une infime majorité une initiative similaire des Jeunes socialistes

Les partis fribourgeois devront probablement dévoiler leurs budgets de campagne et leurs gros donateurs. L'initiative cantonale sur la transparence du financement politique gagne plus des deux tiers des voix ce dimanche, alors qu'il ne manque que quelques communes.

Les partis devront divulguer les noms des entreprises donatrices dès le premier franc, et ceux des donateurs individuels dès 5000 francs par an. De plus, les élus des autorités cantonales devront publier les revenus tirés de leur mandat.

Intérêt du peuple

L'initiative fribourgeoise a récolté plus de 7000 signatures en 2015. Portée par les Jeunes socialistes et les Jeunes Verts, elle était aussi soutenue par le Centre gauche-PCS, SolidaritéS et le Parti bourgeois-démocratique.

Les initiants ont défendu cette transparence au nom d'un renforcement de la démocratie. L'opacité nuit à la libre formation de l'opinion, ont-ils argumenté. Le PDC, le PLR et l'UDC combattaient ce projet au nom de la protection de la sphère privée et du secret du vote. Ils ont dénoncé une forme de «voyeurisme». 

Initiative acceptée d'un cheveu à Schwyz

Les citoyens du canton de Schwyz ont, eux, approuvé à une infime majorité dimanche l'initiative des Jeunes socialistes exigeant la transparence du financement des formations politiques. Le oui l'a emporté par 50,28%. Le taux de participation s'est élevé à 53,6%.

L'initiative prévoit que tous les partis et organisations politiques rendent publics leurs financements. A l'origine, le texte prévoyait également que tous les candidats d'un parti ou groupe politique soient exclus du scrutin en cas de violation du devoir de transparence. Ce point a toutefois été biffé par le parlement qui l'a considéré comme non recevable, car contrevenant au droit d'élection passif garanti par la Constitution.

Une initiative fédérale

Schwyz et Fribourg deviennent ainsi les 4e et 5e cantons à se doter d'une loi sur la transparence du financement des partis, après Genève, le Tessin et Neuchâtel. Les citoyens de Bâle-Campagne et de l'Argovie ont rejeté des initiatives en 2013 et en 2014. 

Les votes de ce dimanche pourraient constituer un signal encourageant pour les partisans de la transparence sur le plan suisse. Une initiative au niveau fédéral a été déposée l'an passé.

Le Groupe d'Etats contre la corruption (Greco) du Conseil de l'Europe demande depuis des années que la Suisse se dote d’une réglementation dans ce domaine. Mais diverses tentatives ont échoué, tant sur le plan suisse que dans les cantons. 

Publicité