Le canton de Genève avait versé 310 millions de francs à la France en 2019 au titre de la compensation financière relative aux frontaliers. Cette année, nouveau record, elle se monte à 315 millions de francs.

Un accord de 1973 entre la Confédération et le gouvernement français visant à éviter la double imposition autorise Genève à ponctionner l’impôt à la source sur les fiches de salaire des frontaliers. Au total, cette somme a dépassé le milliard de francs pour l’année fiscale 2018. Il se répartit entre les parts fédérale (130 millions), cantonale (652 millions) et communale (218 millions). La majorité de cet argent reste en Suisse et à Genève puisque la Confédération hérite de 130 millions, le canton de 420 millions et les communes genevoises de 140 millions.