Le Conseil d’Etat et les référendaires (l’Asloca, le PS de la Ville, la gauche dure et les syndicats, opposés déclassement du périmètre) ont détaillé hier l’accord auxquels ils sont parvenus, et qui rend le référendum sur le PAV sans objet. Toutes les parties ont salué un texte satisfaisant et équilibré. Celui-ci ne fixe pas le nombre de logements qui seront construits, mais impose la création d’un nouveau logement pour chaque nouvel emploi. Autre point saillant: tous les logements construits sur des parcelles appartenant aux collectivités publiques seront destinés à la location, et deux tiers d’entre eux seront des logements sociaux. Le projet de loi de déclassement modifié sera à nouveau soumis à l’approbation des communes concernées: Genève, Carouge et Lancy. Il devra ensuite être voté par le Grand Conseil. Aucune date n’a été avancée pour la création des premiers logements. Le conseiller d’Etat libéral Mark Muller, à la tête de l’aménagement, a cependant assuré que l’on en saurait bientôt plus sur les axes retenus pour l’aménagement du périmètre: «Des études urbanistiques ont abouti et seront bientôt présentées», a-t-il annoncé.