Votations

Des fusils et des femmes

Dans quelques semaines, les Suisses se prononceront sur un durcissement de la loi fédérale sur les armes. Reportage chez ses principaux opposants – les tireurs – lors d’une session un peu particulière

Le Mont-sur-Lausanne, 19 heures. Sous les lumières blafardes du sous-sol d’un stand de tir, un petit groupe de personnes s’aligne à 3 mètres des cibles. Protection oculaire et auriculaire sur la tête, jeans, baskets. A leur cou, une sangle vert militaire soutient une carabine de sport semi-automatique Brügger & Thomet (B&T), modèle APC9. «Face aux cibles», intime une voix. CLAC! Un mouvement de charge pousse une balle de 9 millimètres dans la chambre à cartouche. Le poids mort métallique devient une arme chargée. La tension monte.

Tout le monde épaule alors son canon. D’un coup de pouce, le levier de sécurité est neutralisé: plus rien ne retient la balle. L’index pénètre la garde, se pose sur la détente… BAM! Le bruit fracasse le silence et remplit les veines d’adrénaline. BA-BAM! Deux autres détonations ricochent sur les murs et l’odeur de poudre emplit les narines. «Super!» s’exclame une instructrice. Quelques rires de soulagement s’élèvent, tous féminins. La scène est nouvelle chez Privatir, dont l’offre traditionnelle s’est récemment étoffée de cours uniquement destinés aux femmes.

Lire également: Karin Keller-Sutter: «La loi sur les armes, c’est le prix à payer pour rester dans l’espace Schengen»

Eviter les «gros lourds»

«Cette instruction «women only» répond à une demande faite à la Fédération suisse de tir dynamique, dont je fais partie», explique David. Diplômé de l’EHL, cet instructeur de tir est également l’organisateur et le responsable de la sécurité de la séance du jour. «On a moins peur de faire faux entre nous», dit une participante. «Cela permet d’éviter les gros lourds», concède Guillaume Robert, le gérant du stand. «Les hommes pensent en effet souvent tout savoir, admet-il, alors que les femmes acceptent de partir de zéro. Elles sont également plus attentives lorsqu’on les corrige.»

A l’écoute ce jour-là – autant que faire se peut sous un casque antibruit – cette session accueille trois participantes: Sarah, employée cantonale, Christel, horlogère de Collombey-Muraz, et Donna, éducatrice de la petite enfance. Toutes ont la trentaine, sont là pour «combattre leur peur des armes» ou simplement «par curiosité, pour essayer une fois». L’échantillon n’est pas représentatif, soulignent les organisateurs, qui déclarent recevoir tous les profils «de 18 à 67 ans».

Par souci de «cohérence», les moniteurs du jour sont des monitrices. Epaulées par un homme toutefois: il n’y a en effet que deux femmes habilitées à donner ce genre de cours dans le canton et elles sont déjà dans la salle. «Quelque chose que nous aimerions voir évoluer», disent Eponine, militaire de carrière dans l’infanterie, et Francesca, policière. Les deux perles rares apprécient également ce cadre féminin. «Cela permet de briser la glace plus facilement, dit la première, et de mieux comprendre les difficultés que rencontrent les participantes. La petite taille des mains sur certaines crosses par exemple.» Des attentions qui semblent appréciées: depuis leur lancement fin 2018, ces cours de tir sans excès de testostérone ont séduit plus de 200 débutantes et tout est complet jusqu’en mai.

«70 millions de balles tirées sans accident»

«D’habitude, nous n’enseignons que le pistolet, dit Francesca. Toutefois, nous avons eu des demandes pour cette carabine de sport.» Produite par B&T, la compagnie de Thoune connue pour son LBD 40 utilisé en France contre les «gilets jaunes», l’arme a l’avantage de la légèreté. Un atout qui s’efface après deux heures de pratique: «Je vois que ça devient lourd, on va faire une pause», propose David – soupir de soulagement d’une participante aux bras fourbus.

Outre son poids, la carabine a la particularité de faire partie des armes auxquelles l’accès serait restreint si le peuple suisse acceptait le durcissement législatif du 19 mai prochain. Sa petite taille (moins de 60 cm, crosse repliée) en fait l’une des cibles des nouvelles restrictions imposées par l’UE, qui cherche à prévenir les attentats en contrôlant la propagation de fusils facilement dissimulables. Si les Suisses acceptent la réforme, ils devront à l’avenir attester d’une qualité de membre d’un stand ou démontrer d’une pratique régulière du tir pour s’approprier un tel instrument, tandis que celui qui détient déjà une carabine de ce type devra la régulariser auprès d’un registre cantonal dans un délai de trois ans.

«Paradoxal», selon David, qui ne comprend pas pourquoi ce fusil serait concerné par la révision de loi mais une autre arme plus longue ne le serait pas. Si les avis sur la nouvelle loi divergent dans les stands de tir, dit David, «nous, les instructeurs, avons l’impression que cette nouvelle législation a été écrite par des gens qui ne tirent pas». Signataire du référendum, la fédération dont fait partie l’organisateur a choisi son camp et rejette toute nouvelle restriction.

«Trois quarts des armes utilisées pour le tir sportif seraient interdites, dénonce-t-il [jusqu’à leur régularisation, ndlr]. En 2018, il n’y a pourtant pas eu un seul accident sur un stand de tir en Suisse. Pas un seul! Alors que 70 millions de balles ont été tirées. On dit entre nous qu’il est plus dangereux de marcher au stand que de s’y entraîner.» L’organisateur nie par ailleurs que le durcissement législatif puisse prévenir un attentat. «Aucune arme suisse n’a été utilisée par les terroristes», rappelle-t-il. Tout est déjà très réglementé, il faut entre un et trois mois d’attente pour avoir un permis… Il n’y a pas de problèmes en Suisse. Nos voisins en ont, pas nous.» Participantes et instructrices acquiescent. «Et on peut tuer avec plein d’autres choses, souligne Christel. Un stylo, par exemple.»

Lire aussi: Les chasseurs valaisans crient au loup

«J’ai un faible pour la carabine»

Deux heures après le premier coup de feu, la session de tir se conclut sur un high five, tout le monde rend son matériel et le sous-sol se vide. Autour d’un thé froid pour les participantes – les hommes optent plutôt pour une bière, certains clichés ont la vie dure – le groupe procède au débriefing. «Je reviendrai», assure Donna, qui complète sa quatrième leçon. La jeune femme ne possède pas d’arme. «Pas encore, dit-elle. Mais plus tard qui sait? J’ai un faible pour la carabine.» La votation du 19 mai pourrait compliquer l’accès à son modèle favori.

Publicité