Fribourg n’est pas prête à devenir la troisième plus grande ville romande. Si les projets du Grand Fribourg ne sont pas remis en question, la méthode pour y arriver doit changer: c’est ce qui ressort du vote consultatif de dimanche. Six des neuf communes concernées par la fusion ont refusé le projet. C’est le cas de Granges-Paccot: avec une majorité écrasante de 85%, la commune d’un peu moins de 4000 habitants exclut de poursuivre le processus. Son syndic René Schneuwly estime que «le résultat est conforme à la manière dont le projet a été mené». Il attend désormais qu'«une profonde réflexion se fasse au sein de l’Assemblée constitutive». «Un projet d’agglomération, pourquoi pas, pourrait remplacer celui de fusion», propose-t-il.