Pour l’heure, c’est encore une «ébauche», indique Pascal Crittin, chef de projet. Il n’existe qu’une maquette. Pas d’image de synthèse ni de simulation vertigineuse. Pourtant, le futur bâtiment de la RTS sur le site de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) prend désormais forme. Sa configuration sera développée dans les prochains mois. Le dessein définitif est attendu pour 2015.

Un communiqué du diffuseur public a annoncé jeudi le choix des plans élaborés par un bureau belge d’architecture. Il s’agit des associés Kersten Geers et David Van Severen. Le duo, établi à Bruxelles, compte à son actif le Palais des beaux-arts de la capitale du pays. Par ailleurs, Kersten Geers connaît bien l’EPFL. L’architecte, qui a réalisé le pavillon belge à la Biennale de Venise de 2008, officie à Lausanne depuis 2013 en tant que professeur associé au sein de la Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit (ENAC).

Les lauréats ont été désignés parmi sept autres candidats. Les bureaux de Bernard Tschumi ainsi que de Patrick Devanthéry et Inès Lamunière ont aussi participé au concours. Un collège d’experts, présidé par l’architecte Luca Ortelli, a départagé les projets en lice.

«Grande flexibilité»

Le nouveau siège de la RTS, appelé à voir le jour en 2019 à proximité du Learning Center, repose sur une plateforme géante arrondie. Des édifices aux profils variés se détachent de la surface. A première vue, l’ensemble est foisonnant et aéré, constituant une petite cité des ondes. «La conception du projet offre une grande flexibilité dans l’organisation des espaces de travail et une réponse adéquate à l’évolution des médias», note dans le communiqué Gilles Marchand, directeur de la RTS.

La RTS rassemblera sur le campus d’Ecublens toutes les activités radio, un plateau de télévision, les cars de reportages et un centre de production multimédia. L’espoir est de développer dans la foulée des collaborations avec les hautes écoles. Genève, de son côté, conserve le centre de production TV de l’actualité, des magazines et du sport.

Le conseil d’administration de la SSR doit confirmer la suite des opérations d’ici à la fin de cette année. Le Conseil des EPF et l’Office fédéral des constructions et de la logistique sont appelés à leur tour à valider prochainement un droit de superficie en faveur de la SSR.

L’investissement prévu est de l’ordre de 60 à 70 millions de francs. Le siège historique de La Sallaz, au nord de Lausanne, sera repris par l’Etat de Vaud pour un montant de 55 millions. Le canton prévoit d’y installer une partie de son administration.

Le transfert redouté de l’ensemble des activités de la RTS dans la Cité de Calvin n’est plus qu’un mauvais souvenir. L’éventualité d’un tel déplacement avait suscité à l’époque, il y a cinq ans, une véritable levée de boucliers en terre vaudoise.