L'Office fédéral de la police (OFP) a suspendu l'un de ses employés vendredi 17 août et ouvert une procédure disciplinaire contre lui. Sur un forum Internet, celui-ci s'était réjoui de la mort de Carlo Giuliani, le manifestant de 23 ans abattu par un carabinier lors du début du sommet du G8 à Gênes, le 20 juillet dernier.

Aveu

«Non è peccato per questo bastardido», soit approximativement, passé une faute de frappe manifeste remplaçant un «d» par un «n», «Ce n'est pas dommage pour ce petit salaud»: tel est le contenu de l'intervention de ce fonctionnaire de l'OFP, placée le 16 août sur un forum public allemand de militants, Die Linke Seite. Peu subtil en matière de dissimulation, le correspondant a laissé apparaître son adresse Internet avec le suffixe admin.ch, qui renvoie à l'Administration fédérale helvétique. Les animateurs du site ont immédiatement averti les autorités suisses et quelques médias alémaniques. Après investigation technique, pour être sûr qu'il n'y a pas eu détournement de l'adresse, l'Office a suspendu son employé, «qui a admis être l'auteur du message», indique-t-on à l'OFP. Où l'on s'empresse aussi de préciser que ce fonctionnaire y exerce une tâche strictement administrative, «sans rapport avec les activités opérationnelles ayant trait à la sécurité de l'Etat ou l'antiterrorisme». La hiérarchie compte à

présent enquêter sur les «circonstances» qui ont conduit l'employé à tenir de tels propos. Il risque un avertissement, son déplacement dans un autre service, ou même le licenciement.

Les animateurs des «pages de gauche», pour leur part, ne comptent pas laisser l'affaire en l'état. Ils ont ouvert une rubrique spécialement consacrée au «scandale de l'e-mail» suisse. Ils exigent en outre des excuses «de la part du gouvernement suisse à l'adresse de la famille de Carlo Giuliani».