Les galaxies étrangères de Cologny

Une petite Pétrocity

Nul besoin d’explorer le registre foncier en détail pour trouver du pétrole à Cologny. Derrière les murs des villas ultra-sécurisées, l’or noir coule à flots. Les fondateurs du négociant pétrolier Gunvor, le Russo-Finlandais Timtchenko et le Suédois Törnqvist, ont longtemps travaillé ensemble en bons voisins: seule une route sépare leurs villas. Leurs concurrents de Trafigura ne sont pas très loin: le fondateur Claude Dauphin ou le nouveau CEO Jeremy Weir. Le Russe Valery Golovushkin, ancien vice-président de Lukoil, préside la Socar, la société d’Etat de la République d’Azerbaïdjan, récemment dans le viseur de l’ONG Global Witness pour corruption. L’homme est aussi philanthrope: la Socar sponsorise le festival de Montreux.

Banques et hedge funds

Sans surprise, de hauts dirigeants de Morgan Stanley, JPMorgan, Lombard Odier ou Notz Stucki ont acheté des villas sur le coteau. Comme Jean-Pierre Millet, ancien dirigeant de Carlyle Europe aujourd’hui chez Lafuma ou Jacques-Olivier Thomann, ex-PNB Paribas. Sur le coteau, on trouve aussi le domicile d’un trader star des hedge funds, James Saltissi. Cet Anglais de 40 ans vient de lancer Abbeville Partners, dans lequel ont investi ses deux mentors: le Genevois Philippe Jabre et l’une des superstars de la City, l’Australien Greg Coffey, surnommé «le Magicien d’Oz», connu pour avoir renoncé à sa prime de 250 millions de dollars.

Un écosystème favorable

Pour leurs affaires, tous peuvent compter sur leurs voisins et ténors suisses du barreau, Christian Lenz, Bruno de Preux ou Michel Halpérin, récemment disparu. Les gérants de fortune sont aussi nombreux. Plus singulier: une douzaine d’Etats sont directement propriétaires d’habitations. Souvent des délégations diplomatiques, essentiellement de pays pétroliers ou de paradis fiscaux: la Guinée équatoriale, l’Irak, la Barbade, la Libye, Oman, les Emirats arabes unis ou Trinité-et-Tobago.

Les Saoudiens

A Cologny, la famille royale saoudienne possède deux immenses domaines. Dont Hauterive, l’ancienne propriété historique du président suisse Gustav Ador, rachetée par la princesse Latifa Bint Fahd bin Abdulaziz Al Saud pour 57,5 millions de francs. Saoudien d’origine syrienne, Karim Ojjeh est un pilote de rallye averti et également vice-président du groupe TAG (montre, aviation, aéronautique); son frère Mansour habite juste à côté, à Collonge-Bellerive. Quant à Teymour Alireza, il officie à la tête de Rezayat (pétrole, énergie, transports), 16 000 employés dans le monde.

Les Russes

Il y a bien sûr l’histoire connue et croustillante du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev qui ambitionnait de construire en toute simplicité un petit Trianon lémanique à Cologny. Les pelleteuses avaient commencé à creuser. Entre-temps, le couple a divorcé pour 4 milliards de dollars. Dmitri a fui à Monaco, où il préside le club de football depuis 2011. A Cologny, on dénombre une petite quinzaine de Russes. Viatcheslav Kantor est à la tête du groupe Acron (engrais). Mais être milliardaire ne protège pas des problèmes de voisinage. Son projet de bâtir une galerie d’art lui a attiré les foudres de son voisin allemand, Klaus Schwab, le fondateur du World Economic Forum.

Les Kazakhs et les Ouzbeks

L’implantation des Kazakhs s’est faite sur fond de guerre des clans entre les partisans du président Nazarbaïev et ceux de Viktor Khrapunov, l’ancien maire d’Almaty, le premier accusant le second de détournement d’argent public. En 2012, le Ministère public genevois a lancé une enquête pour blanchiment contre Khrapunov. Sa fille, Elvira Kudryashova, possède toujours sa villa à Cologny. Enfin, difficile d’oublier Gulnara Karimova, la fille du dictateur ouzbek Karimov, qui, quand elle ne pousse pas la chansonnette avec Gérard Depardieu, est dans le viseur des justices française et suisse pour corruption et blanchiment d’argent.

La French Touch

Les Français sont de loin les plus nombreux et les plus anciens. Comme Gérard Wertheimer, 5e fortune française avec 14 milliards d’euros, copropriétaire avec son frère Alain de la maison Chanel; Jacques Lejeune, ancien actionnaire de la Seita (tabac); Michel Reybier, l’ancien «roi du saucisson» (Cochonou, Justin Bridou), associé un temps avec Depardieu dans le pétrole cubain, aujourd’hui investisseur dans l’immobilier médical. Mais aussi: Lionel Afflelou, le fils de l’opticien, Claude Berda, fondateur d’AB Groupe (producteur d’Hélène et les garçons), la famille Zannier (vêtements) ou Michel Mulliez d’Auchan. Plus surprenant, on trouve une poignée d’entrepreneurs, souvent lyonnais et actifs dans l’immobilier. Enfin, le cadastre mentionne Gérard Achcar, un entrepreneur franco-libanais cité dans l’affaire Karachi. D’après le site d’information Mediapart, celui-ci aurait bénéficié de la part de Jean-François Copé – alors ministre français du Budget – d’une ristourne fiscale de 4,8 millions de francs, sur demande de son ami Nicolas Bazire et via l’intermédiation de Ziad Takkiedine.

Télécoms et IT

Au printemps dernier, la domiciliation fiscale de Patrick Drahi avait provoqué l’ire d’Arnaud Montebourg, au moment de son rachat de SFR-Numericable. Son épouse possède en tout cas une villa à Cologny. Autre nabab de la téléphonie, le Syrien Ead Samawi, proche du président biélorusse Loukachenko, devenu riche après avoir vendu l’opérateur Velcom. On trouve aussi quelques stars des nouvelles technologies. Comme Gerhard Florin, qui a fait fortune avec King Digital, le groupe qui a lancé «Candy Crush», le jeu pour mobile addictif qui rapporte 1,5 million de dollars chaque jour.

Luxe et célébrités

Cologny fait la part belle aux joailliers: Adler, Boghossian, Arpels et l’Iranien Shapour Jahan. Il y a aussi les hauts cadres de Rolex et Baume & Mercier. Quand aux célébrités, elles sont finalement assez peu nombreuses à Cologny: la chanteuse grecque Nana Mouskouri, le champion olympique Jean-Claude Killy ou l’ancien pilote de Formule 1 Jean Alesi.