Amère déconvenue pour les parents qui s’estiment privés à tort de leurs enfants lors de divorces très conflictuels. A Genève, ils avaient mené la charge contre une doctoresse des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), responsable selon eux de disqualifier systématiquement un parent dans ses expertises psychiatriques. Des accusations qui s’avèrent infondées, si l’on en croit les conclusions sans ambiguïtés d’un audit dont Le Temps a obtenu copie: il blanchit la doctoresse incriminée.

Lire aussi: La lutte des parents privés de leurs enfants