enquête

La garde à vue d’Yves Bouvier est prolongée à Monaco

Le juge d’instruction de la Principauté a décidé de garder sous la main le roi des Ports francs encore 48 heures. Soit jusqu’à dimanche matin. Une confrontation a été organisée ce vendredi après-midi entre le Genevois et le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, cité en qualité de témoin et expert en oeuvre d’art

Le patron du groupe Natural Le Coultre, Yves Bouvier, reste retenu à Monaco. «Le Temps» a appris ce vendredi que la garde à vue du Genevois a été prolongée une nouvelle fois et cela pour 48 heures. Soit jusqu’à dimanche matin. Une autre Suissesse, résidente de la Principauté, impliquée dans cette affaire d’escroquerie, a fait l’objet d’une décision identique. Par contre, le troisième comparse de ce dossier a été libéré jeudi soir. Le procureur général monégasque, Jean-Pierre Dreno, se refuse en l’état à toute déclaration sur les détails de l’enquête.

Révélée mercredi, les tourments qui frappent Yves Bouvier, figure désormais incontournable du marché de l’art et roi des Ports francs à travers le monde, a fait l’effet d’une bombe. L’entrepreneur à succès est traqué par un poids lourd du Rocher. Le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, propriétaire de l’AS Monaco et grand collectionneur, l’accuse de lui avoir surfacturé des œuvres d’art.

Selon ses défenseurs, Yves Bouvier conteste énergiquement toute malversation. Le communiqué de presse diffusé jeudi par Mes Luc Brossollet et Charles Lecuyer précise: «Sous couvert de trusts chypriotes ou de sociétés étrangères, M. Dmitri Rybolovlev se réclame à Monaco de la propriété de tableaux, propriété que pour les besoins de son divorce, il conteste pourtant devant les juridictions genevoises. Il allègue à propos de leur vente, conclue en bonne et due forme, des manoeuvres imaginaires qui résultent de l’évaluation unilatérale et hautement contestable qu’il en propose».

Selon une source bien informée, une confrontation a été organisée vendredi après-midi entre Yves Bouvier et Dmitri Rybolovlev. La plainte ayant apparemment été déposée au nom du trust familial, le milliardaire serait interrogé en qualité de témoin et expert en oeuvres d’art. Tout un programme.

Publicité