Baisser le chauffage, éteindre nuitamment les enseignes lumineuses, couper par intervalles l’alimentation électrique du pays. Depuis plusieurs mois, les autorités helvétiques s’arrachent les cheveux pour déterminer comment passer entre les gouttes de la crise énergétique qui pointe. L’agression russe en Ukraine, les ennuis des usines nucléaires françaises, un été sec ont mis à mal l’approvisionnement. Le marché électrique devenu fou menace l’existence de centaines d’entreprises et les finances publiques. Au parlement, la question énergétique provoque des débats à la pelle, au risque de la confusion.