«Non aux milliards pour des avions de combat»: c’est le nouveau slogan des Verts, du Parti socialiste et du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Réuni en conférence de presse ce mercredi, le comité formé par les deux partis et le lobby a officiellement lancé la récolte de signatures pour un référendum contre le paquet de 6 milliards – selon eux un «gaspillage d’argent inutile et polluant» – voué au renouvellement des forces aériennes. Ils ont jusqu’au 9 avril 2020 pour atteindre la barre des cinquante mille paraphes, ce qui ne devrait être qu’une formalité.

«Le coût total serait de 24 milliards»

«Il y a six ans, le peuple a refusé l’achat des Gripen devisé à 3,1 milliards de francs, fulmine le conseiller national Fabien Fivaz (Verts/Ne) dans la salle de presse du centre médias de Berne. Or, dès le lendemain de la défaite, sans aucune autocritique, l’armée parlait à nouveau d’acquérir des jets. Et aujourd’hui, nous y voilà: le parlement a voté un chèque de 6 milliards pour ce faire. Une fois compté les coûts induits par le carburant, les frais d’entretien et de modernisation, la somme totale devrait même passer à 24 milliards. Et le peuple ne pourra se prononcer ni sur leur nombre ni sur leur modèle. C’est inadmissible.»