Plusieurs villes suisses envisagent de réduire à 30 km/h la vitesse maximale autorisée sur leur territoire, y compris sur les axes principaux. La Confédération envisage d’ailleurs de faciliter les démarches permettant d’imposer les 30 km/h. Elle a mis en consultation en novembre un projet qui évitera aux communes de devoir demander une expertise lorsqu’elles veulent réduire la vitesse de circulation sur les routes «d’intérêt local» afin d’améliorer la qualité de vie des riverains. Aujourd’hui, les zones 30 ne sont possibles que si elles réduisent les nuisances ou améliorent la fluidité du trafic.