A Genève, 1500 personnes ont manifesté mercredi en milieu de journée sous la pluie contre les coupes prévues dans le budget cantonal 2015. Pour la première fois depuis vingt ans, tous les syndicats défendant le personnel de la fonction publique et des secteurs subventionnés étaient réunis.

«Cette manifestation est une réussite», a déclaré au micro Patrick Flury, président du Cartel intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné, juste avant sa dissolution à 13h20, devant l’Hôtel-de-Ville. Il a salué l’union entre le Cartel, le Syndicat des services publics (SSP), celui du personnel des transports (SEV TPG) et le Groupement des associations de police (GAP).

L’appel à manifester a été suivi par la police, les enseignants, le personnel du Palais de justice, les bibliothécaires et documentalistes, notamment. Il était soutenu par les partis de gauche. Le cortège est parti vers 12h15 de la Place Neuve, où l’avaient rejoint les employés des Transports publics genevois venus du dépôt de la Jonction.

SCORE opaque

Les syndicats ont dénoncé les multiples réductions annoncées par le gouvernement: diminution de l’aide sociale de 150 francs par mois et des subsides d’assurance maladie, coupe linéaire de 1% dans tous les secteurs subventionnés, suppression de l’annuité 2015. «Le gouvernement veut construire des prisons, mais il enlève aux plus démunis», a condamné Christian Antonietti, président du GAP.

De son côté, le SEV TPG considère que la mise en oeuvre de l’initiative pour la baisse des tarifs n’est qu’un prétexte pour réduire les effectifs. La manifestation visait aussi le projet de refonte de la grille salariale de la fonction publique SCORE. Critiquant l’opacité qui entoure ce projet, le Cartel a récemment quitté les négociations menées avec le Conseil d’Etat.

Recettes en hausse

D’autres menaces planent sur la fonction publique. L’UDC veut augmenter le temps de travail de 40 à 42 heures et ambitionne de supprimer au moins 1800 postes. Le PLR, pour sa part, propose de rendre paritaires les cotisations de deuxième pilier. «Un canton n’est pas une entreprise», a critiqué la socialiste Lydia Schneider Hausser.

Dans l’après-midi, le gouvernement a annoncé que l’excédent de recettes prévu pour 2015 passe de 1,1 million de francs à plus de 5 millions. La baisse des dernières estimations des revenus fiscaux est compensée par la prise en compte de la part aux bénéfices de la BNS et une hausse des bénéfices de l’aéroport. «Cela reste un budget à l’équilibre», a indiqué le secrétaire général du Département des finances.

Nouvelles mobilisations

Les syndicats ont avancé le chiffre de 2000 manifestants. De son côté, la police en a compté 1500, tout comme plusieurs journalistes couvrant l’événement. Par ailleurs, une centaine d’employés du secteur hospitalier se sont réunis mercredi devant l’entrée des Hôpitaux universitaires de Genève contre «les plans d’austérité» prévus.

De nouvelles mobilisations sont promises jusqu’au vote du budget 2015, en décembre. Les syndicats n’excluent pas des actions de débrayage, voire une grève. Une assemblée des délégués du Cartel intersyndical est agendée au 27 novembre.