La foudre est tombée sur le tarmac de Cointrin. Perquisitions, interpellation du chef de la sûreté aéroportuaire et d’un patron d’entreprise active dans la formation à la sécurité, SQS, mis en prévention pour corruption et gestion déloyale des intérêts publics, et en détention provisoire: une opération coup de poing, menée il y a quelques jours, qui a laissé la direction, le conseil d’administration et le monde politique sonnés. Comment en est-on arrivé là?

Lire aussi: Une affaire de corruption éclabousse Genève Aéroport