Le directeur général André Schneider «a informé vendredi les membres du personnel des mesures prises», a dit dimanche à Keystone-ATS le porte-parole de l'aéroport Ignace Jeannerat. Le volume de suppressions de postes n'exige pas une procédure de licenciement collectif et la négociation d'un plan social.

L'entreprise ne souhaite pas encore donner d'indications précises sur le nombre de collaborateurs qui seront remerciés, tant que ceux-ci ne seront pas informés. Au moins cinq personnes partiront en retraite ou en pré-retraite et au moins deux personnes pourront être réintégrées via des postes vacants, affirme-t-elle. L'aéroport explique vouloir «préserver une capacité à un équilibre financier», alors que le site est confronté avec la pandémie à sa pire crise depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Lire aussi: Serge Dal Busco: «A l'aéroport de Genève, on va droit vers la casse sociale»

L'année dernière, la perte a atteint 129,5 millions de francs. Pour 2021, elle sera «à nouveau très importante malgré de nouvelles économies», fait remarquer le porte-parole. Pour l'année prochaine, les investissements seront réduits de 30 millions de francs et les dépenses de fonctionnement d'au moins 15 millions. Seuls les projets les plus importants seront maintenus.

Appel au Conseil d'Etat

Dans leur courrier, relayé ce dimanche par 20 Minutes, les vingt membres démissionnaires de la commission du personnel expliquent: «La raison de cette décision douloureuse et mûrement réfléchie est notre incapacité à remplir notre mission pour défendre nos collègues de travail. Nous vous annonçons que la représentation des collaborateurs de Genève Aéroport est désormais assurée par le Syndicat des Services Publics (SSP), Section du trafic aérien.»

Après ce départ collectif, le syndicat des services publics (SSP) trafic aérien représentera lui désormais les intérêts des collaborateurs. Il demande la «prise en main» de la direction par le Conseil d'Etat et exige que le conseil d'administration désavoue celle-ci.

Lire aussi: Les syndicats tancent les sous-traitants de l’aéroport international de Genève

Depuis le début de la pandémie, des dizaines de départs n'ont pas été repourvus. Selon le syndicat, rien ne laisse penser que les efforts annoncés vendredi seront les derniers. M. Schneider avait affirmé en juin que le trafic il y a quelques mois encore n'atteignait que 15% à peine des chiffres d'avant le début de la pandémie. La direction a proposé à la commission du personnel d'organiser dès la semaine prochaine une discussion.