Dès samedi, les commerces, les musées, les lieux d’exposition et les bibliothèques pourront rouvrir à Genève. Le Conseil d’Etat avait imposé, le 1er novembre, des fermetures liées à la situation sanitaire qui devaient être réévaluées lundi prochain. Cet arbitrage a été fait cette semaine déjà, les nouvelles infections au covid étant en forte baisse. Les magasins qui étaient encore empêchés d’accueillir des clients (tous sauf les librairies, les magasins d’alimentation et ceux délivrant des biens et services de premières nécessité) pourront le faire ce week-end. Afin d’éviter les cohues, les horaires d’ouverture ont même été élargis jusqu’à 20 heures.

Les commerçants devront observer des règles strictes: limitation du nombre de clients par mètre carré, vérification de la réalité de l’usage d’un gel hydroalcoolique par les clients, interdiction des ventes flash et autres promotions type Black Friday. Le Père Noël lui-même est banni, les animations dans les commerces restant interdites. «Nous saluons cette réouverture, qui est une bonne nouvelle que nous demandions depuis des semaines, dit Sophie Dubuis, présidente de la Fédération du commerce genevois. Notre seul objectif est désormais de ne pas être contraint de refermer une nouvelle fois. Les gens doivent faire attention à leur comportement.» Le Conseil d’Etat annonce une présence accrue dans les rues de personnes chargées de vérifier, voire rappeler, le respect des règles sanitaires.

Nos échos du monde littéraire: Ouvrir les librairies ou pas? Dilemme au temps du confinement

Nouvelles mesures en cas de hausse

«Il ne faut pas interpréter cette réouverture comme le signe que le virus et ses conséquences sont derrière nous, a prévenu Mauro Poggia, conseiller d’Etat chargé de la Santé, en rappelant que la situation dans les hôpitaux reste tendue. Si une nouvelle hausse des infections se profilait, nous n’attendrions pas pour prendre de nouvelles mesures.»

Genève avait pris certaines des mesures les plus strictes de Suisse. Alors que la grogne se faisait entendre, le canton a grimpé au sommet du classement européen des nouvelles infections. Dans cette phase descendante, il s’agit de desserrer l’étreinte sans relâcher l’attention. La cellule d’enquête sur les nouveaux cas sera d’ailleurs renforcée, un budget supplémentaire ayant été prévu pour couvrir le début de l’année 2021. Les annonces françaises et l’arrivée de la période des achats de Noël ont eu une influence sur la décision gouvernementale.

Nathalie Fontanet, chargée du Département du développement économique, a présenté des mesures d’aide aux restaurateurs. Les autorités leur verseront des indemnités forfaitaires (50 francs par m2 utile) pour compenser les entraves imposées par la situation sanitaire. Un projet de loi sera déposé au Grand Conseil pour avaliser cette aide d’un montant de 10,6 millions de francs. «Les commerces ne se remettraient pas d’une troisième vague, a assuré Nathalie Fontanet. Nous allons tout mettre en œuvre pour que nous ne nous retrouvions pas dans trois semaines en constatant que les chiffres sont mauvais.»


Vaud lèvera ses restrictions le 1er décembre

Le nombre d’infections a drastiquement baissé dans le canton de Vaud, stabilisant ainsi le nombre de nouveaux malades arrivant dans les hôpitaux. Le Conseil d’Etat vaudois se permet ainsi de lever au 1er décembre certaines restrictions: les musées, les galeries pourront rouvrir, les cultes pourront se tenir jusqu’à 30 personnes.

Pour les établissements publics, restaurants, cafés, une coordination romande s’est tenue et pour autant que les indicateurs sanitaires le permettent, leur ouverture sera autorisée, dans de très strictes conditions sanitaires, avec une limitation d’horaire à 23 heures, dès le 10 décembre. Afin de permettre d’installer des clients en terrasse, Vaud permettra temporairement l’utilisation de chaufferettes électriques sur les terrasses des cafés et des restaurants. Le canton étend temporairement de 5 à 10 personnes la limite maximale des rassemblements privés pour les Fêtes, du 18 décembre au 3 janvier. Ces relâchements du dispositif s’accompagnent de mesures renforcées de contrôles et de sanctions très fermes, en cas de non-respect des règles, ont précisé les autorités.

Stations de ski et piscines publiques

Les nocturnes des magasins sont maintenues, et restent sous compétences communales, avec un protocole sanitaire et des contrôles stricts. «Les stations de ski devront nous soumettre un plan de protection qui limite les risques d’attroupement et prévoit le port du masque dans les remontées mécaniques fermées, a aussi annoncé le ministre de l’Economie Philippe Leuba. Nous avons également réglé la question des buvettes et cafés-restaurants situés sur les pistes, ils devront fermer en même temps que les remontées mécaniques. Enfin, nous avons entendu la demande des clubs de natation et ouvrons les piscines à partir du 1er décembre pour les jeunes de moins de 16 ans, pratiquant la natation en club.»


Christophe Darbellay: «Le Valais pense bénéfique de garder les restaurants fermés un week-end de plus»

Le jeudi 10 décembre, donc, les restaurants ouvriront à nouveau leurs portes dans cinq cantons. Les conseils d’Etat concernés ont parlé mercredi d’une «concertation romande»… sauf que le Valais ne s’est pas joint à la décision.

Président du gouvernement valaisan, Christophe Darbellay s’en explique: «Le Valais a défini une ligne de conduite et il s’y tient. Le dispositif actuel prend fin le 13 décembre. D’ici là, nous réévaluerons la situation afin de définir les mesures à partir de cette date. Mais, au vu de la situation actuelle qui se détend mais avec un taux de nouvelles contaminations toujours élevé et des soins intensifs sous pression, nous estimons qu’il sera bénéfique de bénéficier d’un week-end supplémentaire de fermeture des restaurants – et donc de ne pas les rouvrir le 10 décembre. Notre objectif est de protéger la population et de soulager le système de santé. Pour cela, nous souhaitons diminuer le nombre de cas au minimum, pour entamer les fêtes de fin d’année, qui sont une période délicate, dans les meilleures conditions. Nous communiquerons jeudi, dans une semaine, sur la suite.»