Le CEVA a sa première gare. La halte Lancy-Pont-Rouge a été inaugurée ce vendredi par Andreas Meyer, patron des CFF, Luc Barthassat et Antonio Hodgers, conseillers d'Etat genevois chargés respectivement des Transports et de l'Aménagement. Elle est la première des cinq gares construites dans le cadre de ce projet phare pour la mobilité régionale qu'est le CEVA.

Dès la mise en service des nouveaux horaires CFF, dimanche 10 décembre, les voyageurs pourront rejoindre Coppet depuis Lancy-Pont-Rouge toutes les demi-heures. Cette cadence doublera aux heures de pointe dès juin 2018. A terme, quelque 12 000 passagers fréquenteront cette nouvelle gare, qui remplace un arrêt provisoire, en fonction depuis 2002.

Mur de verre

La signature architecturale de toutes les stations CEVA marque Lancy-Pont-Rouge: de grandes briques de verre tiennent lieu de mur. C'est l'effet transparence voulu par l'architecte Jean Nouvel. Ici, il est moins fort que dans les quatre gares à construire: Lancy-Pont-Rouge est la seule à se trouver en surface. De plus, des mesures d'économie ont fait retirer une bonne partie de ces briques du projet original. Autour de la halte, la construction de 640 logements a commencé. Les premiers habitants emménageront fin 2019. Une tour abritera des bureaux pour quelque 4600 emplois.

Le CEVA, cette liaison ferroviaire de 16 kilomètres qui reliera Cornavin à la ville française d'Annemasse en passant par le quartier des Eaux-Vives, permettra de créer un réseau de 230 kilomètres de lignes pour 45 gares dans tout l'Ouest lémanique, entre Coppet et Annecy.

Cette nouvelle offre, baptisée Léman Express, est prévue pour décembre 2019. Des oppositions menacent cependant ce calendrier. Elles portent sur les mesures de protection contre le bruit.

Dalles «flottantes»

Des dalles dites «flottantes», sur lesquelles seront posés les rails, doivent limiter la propagation des bruits solidiens qu'occasionneront les passages des trains. Dans les secteurs de La Chapelle et de Pinchat, ainsi qu'entre l'avenue Weber et la frontière avec la France, des riverains ont jugé que ces précautions n'étaient pas suffisantes. Des huit oppositions qui ont été déposées suite à l'enquête publique, il en reste sept. L'une d'entre elles, concernant le quartier des Eaux-Vives, a été retirée récemment.

Les premières ont été remises le 3 avril 2017. L'Office fédéral des transports (OFT) n'a toujours pas publié les décisions à leur sujet. Ces déterminations pourront faire l'objet de recours auprès des tribunaux fédéraux. Ce qui rendrait vraisemblablement caduque l'échéance de décembre 2019 pour le lancement officiel du Léman Express. Des tractations sont actuellement en cours entre les maîtres d'œuvre (le CEVA et les CFF), les opposants et l'OFT.

Les zones où habitent les citoyens qui ont actionné la justice représentent une petite partie du tracé. Hors de ces secteurs, la pose des équipements ferroviaires a commencé, conformément aux autorisations délivrées par l'OFT. «Nous pouvons annoncer que l’avancée des travaux portant sur la technique ferroviaire (soit notamment la pose de ces fameuses dalles et des rails, ndlr) est de 25%», dit Magalie Melly, responsable de la communication du CEVA. Plus largement, 85% de l'ensemble des travaux liés au CEVA sont réalisés. Du budget total de 1,6 milliard de francs, 1,3 a d'ores et déjà été investi.