C’est un premier pas dans la longue refonte qu’attend l’animation socioculturelle à Genève. Dans son avant-projet de loi, le Conseil d’Etat revoit à la baisse sa contribution et sa représentation au sein la Fondation pour l’animation socioculturelle (FASe). Proposition est faite aux communes de reprendre la part cantonale de son financement, en parallèle d’une plus grande participation à son pilotage. Le débat autour du déplacement de l’animation socioculturelle du canton aux communes s’inscrit dans le processus de transfert de charges et de compétences visant à rééquilibrer les finances publiques.