C’est une solution sur mesure qui est passée sous la loupe de la Cour des comptes genevoise. Depuis un peu plus de deux ans, 12 communes de la rive gauche du Léman bénéficient d’un dépôt itinérant pour la récolte et le tri des déchets ménagers des habitants et des entreprises. Une exception dans un canton qui dispose à l’heure actuelle de trois espaces de récupération (ESREC), fixes et répartis sur le reste du territoire. Sollicitée par un citoyen qui faisait part de ses doutes quant à l’octroi de cette solution privée et de son subventionnement par le canton, la Cour des comptes relève que cette exception s’est faite en dehors des clous juridiques et financiers.