«Dans l’attente d’une aide supplémentaire de Berne, Genève prendra ses responsabilités.» Cette promesse, faite par la ministre genevoise des Finances Nathalie Fontanet la semaine dernière, vient de porter ses premiers fruits. Mercredi, le Conseil d’Etat a annoncé qu’il débloquerait 170 millions de francs pour aider les secteurs économiques touchés par la crise du Covid-19, montant auquel s’ajoutent les 80 millions de francs promis par la Confédération. Trois catégories d’entreprises sont désormais concernées: celles qui ont dû fermer durant au moins quarante jours, celles qui ont perdu 40% de leur chiffre d’affaires et, grande nouveauté, celles qui ont comptabilisé une même perte entre 25 et 40%.

Pourquoi cet élargissement du spectre? Au fil de la crise et de l’évolution des critères d’indemnisation, les mesures d’aides se sont multipliées tant au niveau fédéral qu’au niveau cantonal. «A Genève, de nombreux projets de loi ont été votés dont certains se superposent, ce qui entraîne des complications pour les entreprises», note Nathalie Fontanet. Pour y remédier, le Conseil d’Etat a mis sur pied un «concept global d’aide» qui sera examiné, en urgence, par le Grand Conseil les 28 et 29 janvier. S’il est validé, il entrera en vigueur au 1er janvier avec effet rétroactif.