Justice

A Genève, les ennuis sont finis pour Teodorin Obiang

Le fils du président de Guinée équatoriale accepte de lâcher ses bolides au profit d’un programme humanitaire. Mais le séquestre sur le yacht à 100 millions sera levé

Le fils du président de Guinée équatoriale n’a plus à craindre la justice genevoise. Le parquet a annoncé jeudi avoir classé la procédure contre Teodorin Obiang et deux autres prévenus impliqués dans cette affaire de blanchiment et de gestion déloyale des intérêts publics. Cette issue négociée n’est pas sans frais pour le principal intéressé. Les 25 voitures de luxe immobilisées seront confisquées, vendues, et l’argent versé à un programme social sur place. Le séquestre sur le navire Ebony Shine, estimé à environ 100 millions de francs et retenu aux Pays-Bas, est en revanche levé.

Lire aussi: Ces Suisses qui ont géré l’argent mal acquis du clan Obiang

Après plus de deux ans de procédure, plusieurs audiences et de multiples commissions rogatoires, le Ministère public a décidé de mettre un point final à ce dossier. Pour couvrir les frais de cette instruction, la Guinée équatoriale a accepté de verser 1,3 million de francs à l’Etat de Genève. Le produit de la vente des véhicules – au sujet duquel le communiqué ne fournit aucune estimation – devra être affecté à un projet sur place. Ce programme d’aide, destiné à la population, devra être transparent et mené sur la base d’un accord international négocié par le Département fédéral des affaires étrangères.

Solution à répétition

Ce n’est pas la première fois que le parquet genevois utilise l’article 53 du Code pénal – qui permet un classement de la procédure lorsque le prévenu a réparé le dommage ou accompli tous les efforts pour compenser le tort causé – pour trouver une issue pragmatique permettant de clore une procédure complexe à l’issue incertaine. En juillet 2017, le parquet avait fait de même dans l’affaire impliquant la société pétrolière Addax et deux de ses anciens dirigeants, contre le versement de 31 millions de francs aux caisses de l’Etat. En 2015, c’était l’affaire HSBC qui se concluait sur un accord à 40 millions.

Sur ce sujet:  Enquête Obiang, un procureur genevois récusé

Publicité