sécurité

A Genève, évacuation d’urgence d’un immeuble qui risque de s’écrouler depuis 1964

Son propriétaire a informé les 75 habitants que l’immeuble des adresses 89-91-93, rue de la Servette représente un danger qui date de sa construction. La Migros de la même adresse doit elle aussi fermer ses portes sans délai. Questions autour d’un déménagement inédit

Un immeuble du quartier de la Servette menace de s’effondrer, a appris Le Temps. L’expertise semble implacable: «La structure porteuse ne remplit pas les conditions de sécurité exigées […]. L’état des dalles peut donc être considéré comme proche d’une ruine, seuls les facteurs liés aux matériaux assurent une faible marge de sécurité.»

Lire aussi: A Marseille, l’effondrement et la colère

L’adresse décrite en ces termes alarmants, 89-91-93, rue de la Servette, a été évacuée. C’est du moins ce que les représentants du propriétaire, La Foncière Investissements Fonciers SA, ont préconisé aux 75 habitants des 26 appartements ainsi qu’aux commerçants (blanchisserie, dentiste) qu’ils ont convoqués pour une séance d’information, ce mercredi soir. L’affaire a une dimension royale: le consulat de Thaïlande est logé sur place.

Lire également: A Genève, une évacuation d’urgence qui ouvre un gouffre de questions

Une fois n’est pas coutume, l’Asloca tire à la même corde que la bailleresse. Peu après elle, elle a informé les locataires de leurs droits. Car rien ne peut les contraindre à quitter leur logement, malgré l’urgence apparente. Si les dalles s’effondrent les unes sur les autres, risque avéré, et que cet incident fait des victimes, La Foncière pourrait être tenue pour responsable. On comprend mieux la sollicitude de la société, qui a proposé des relogements à l’hôtel pour les locataires qui l’accepteraient.

Fermeture totale de la Migros

Migros a pris sa décision: ce sera une fermeture totale, dès ce mercredi soir, des 1800 m² au 93, rue de la Servette. La vie du quartier va en être bouleversée: la grande surface, en face de l’arrêt de tram, ne rouvrira qu’une fois les lieux sécurisés. Cela prendra plusieurs mois. Une déconstruction-reconstruction de l’ensemble n’est pas exclue.

Tout a d’ailleurs commencé par une requête de la Migros, qui voulait installer des frigos plus grands, et donc plus lourds, que ceux qui sont en place. Une expertise de la dalle a donc été lancée. L’immeuble des 89-91-93, rue de la Servette ayant une structure unique, ce test revenait à éprouver la conformité de l’ensemble. Le bureau d’ingénieur mandaté a fait des découvertes inquiétantes. «Les résultats obtenus sur la résistance du béton sont bien en deçà du standard normatif», souligne le document que nous avons consulté.

Lire également: Opération sauvetage du clocher de Saint-François à Genève

Autre constat: «Le taux d’armature relevé est très faible.» Une seconde campagne de sondages a été menée, dans l’espoir de trouver des armatures de renforcement. Elle a été infructueuse. Seul signe d’espoir: «Des barres d’armature complémentaires dites de suspension autour du poteau [la colonne centrale, ndlr] ont été découvertes.» Expliqué en jargon d’ingénieurs, cela donne: «Nous constatons un degré de conformité de 1.0 en considérant les actions permanentes avec un facteur de charge égal à 1.0.» Traduit en français, cela signifie que ces dalles ne toléreront aucun poids supplémentaire.

Surélévation hors de cause

Deux des trois allées ont récemment connu des travaux importants en vue d’une surélévation, aujourd’hui terminée. Ils ne peuvent pas avoir provoqué la situation d’urgence, affirme le bureau Ingeni, responsable du rapport, qui stipule: «Nous précisons que cet état d’insécurité existe depuis sa construction (1964), donc depuis cinquante-cinq ans. Nous pouvons considérer qu’aucune transformation significative ni aucune dégradation dans le temps n’ont altéré cette situation.»

Les circonstances de ce déménagement forcé qui se profile posent plusieurs questions, pour l’heure sans réponse. Les éléments observés tiennent-ils du défaut de construction ou relèvent-ils d’une pratique courante, en 1964? L’Etat va-t-il déclencher un plan afin de faire expertiser les immeubles de la même période? Les actuelles procédures d’autorisation de surélévation des immeubles vont-elles inclure des tests plus complets afin de détecter des faiblesses dans les structures surélevées?

Publicité