«La loi prévoit qu’un éducateur s’occupe de deux jeunes au maximum pour assurer un accompagnement adéquat. Aujourd’hui, nous en suivons sept ou huit, sachant que la plupart sont dans une situation de détresse profonde, ont fui la guerre ou vécu des traumatismes. C’est à la fois grave et frustrant.» Face à la presse, les trois éducateurs du foyer de l’Etoile, qui héberge des requérants d’asile non accompagnés, mineurs et majeurs (RMNA), sont tristes, épuisés et inquiets. Déjà pointé du doigt par le passé pour ses mauvaises conditions d’accueil, le centre d’hébergement ouvert en 2016 continue de dysfonctionner, au dire des syndicats, qui dénoncent l’inaction des autorités.