La députée genevoise d’Ensemble à gauche Salika Wenger n’est jamais avare de saillies poilantes. Aussi a-t-elle prévenu son groupe, majoritairement opposé à la loi sur la laïcité de l’Etat (LLE) soumise au vote dimanche prochain, qu’elle lui réservait, en cas de refus populaire, une facétie dont elle a le secret: «Je leur ai promis de venir siéger en cornette de bénédictine. Je leur expliquerai que ce n’est pas un costume religieux, mais une nouvelle collection de mon cru à base de coton amidonné.»

Lire aussi: A Genève, la laïcité est le terrain miné de la République