La grève des fonctionnaires, annoncée le 12 octobre à Genève, va faire des malheureux chez les tout-petits. Les gardiens de prison suivent le mouvement et seul un service minimum sera assuré pour la promenade obligatoire et les repas. Sacrifié sur l’autel de cette grogne, le parloir familial du mercredi, qui voit notamment défiler les enfants des détenus, est supprimé. Plusieurs mamans ont pris la plume pour déplorer cette injustice et demander au directeur de revenir sur cette décision.