Dans la série des affaires à complications infinies, il y a désormais celle du vigile qui avait fait feu en pleine rue sur deux malfrats venant de piller une bijouterie genevoise. Acquitté en première instance et en appel, l’agent de sécurité devra être rejugé une troisième fois. Saisi d’un recours du Ministère public, le Tribunal fédéral constate que la décision cantonale comporte des lacunes au plan de l’établissement des faits et donc aussi du raisonnement s’agissant de l’infraction de tentative de meurtre. La cour doit revoir sa copie, mais sans diktat à la clé.