Alors que, dans le canton de Vaud, la mise en oeuvre de la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) a toutes les chances d’être adoptée dimanche dans les urnes, l’exécutif genevois était critiqué jusque-là pour son attentisme sur le dossier.

«Le Conseil d’Etat doit discuter avec la gauche pour trouver une solution à la vaudoise», déclarait mercredi dans nos colonnes le PDC Guillaume Barazzone, faisant écho au PS genevois qui demande depuis des mois l’ouverture de négociations, tant sur le futur taux unique d’imposition que sur des mesures destinées à compenser les pertes fiscales annoncées.

Comme pour les rassurer, le Conseil d’Etat genevois a annoncé mercredi l’ouverture des discussions tant attendues. En termes prudents toutefois, puisque le gouvernement reste fidèle à sa ligne: il parle toujours d’un taux «aux alentours de 13%» et continue de vouloir attendre l’issue des débats fédéraux pour présenter son projet de loi cantonal.

Mais négociations il y aura bien. Le Conseil d’Etat a mis en place une «table ronde», qui réunira les partis, les communes, la Ville de Genève, les syndicats et le patronat. Objectif: «Ouvrir un dialogue constructif avec toutes les entités concernées par la réforme». La première réunion est fixée au 15 avril et les échanges se poursuivront jusqu’à l’été. La conclusion de ses travaux sera présentée au mois d’août et le Conseil d’Etat présentera son projet de loi dans la foulée.

Le Conseil d’Etat a en outre annoncé la création d’une délégation pour piloter ces travaux. Le PLR Pierre Maudet et le Vert Antonio Hodgers empoignent ainsi le dossier aux côtés de Serge Dal Busco. Confirmant vouloir avancer sur le modèle vaudois – où le consensus repose sur un volet social destiné à compenser les pertes fiscales – Serge Dal Busco attend de la table ronde «de la créativité pour imaginer des mesures d’accompagnement supplémentaires».

La gauche s’opposant toujours au taux à 13%, le chemin vers le consensus sera encore long. Mais, à lire le député socialiste Romain de Sainte-Marie, le signal donné par le gouvernement est le bon: «Table ronde sur RIE III le 15 avril… enfin! C’est une bonne chose», a-t-il lâché sur Facebook mercredi après-midi.