Police

A Genève, nouvelle victoire pour Christian Cudré-Mauroux

L’ancien numéro deux de la police genevoise a été injustement réaffecté à un poste moins prestigieux, estiment les juges. Le Département de la sécurité est de nouveau désavoué dans cette sensible affaire

Christian Cudré-Mauroux, ancien numéro deux de la police genevoise, gagne son bras de fer contre le Département de la sécurité de Pierre Maudet. Après avoir été blanchi de toute faute dans la gestion des émeutes de décembre 2015 et avoir retrouvé son grade, il vient d’obtenir l’annulation de sa nouvelle affectation comme chef d’état-major. Dans son arrêt, la Chambre administrative admet que ce nouveau poste constitue bien «une sanction déguisée».

«Caractère punitif»

Depuis deux ans, il se définit lui-même comme «un policier en lutte». Ce combat aura doublement payé. Les juges estiment que l’actuelle fonction de chef d’état-major doit aussi être considérée comme moins prestigieuse que celle de chef des opérations. Même s’il garde son grade de lieutenant-colonel et conserve son ancien traitement, Christian Cudré-Mauroux a désormais beaucoup moins de fonctionnaires sous ses ordres et aucun n'est officier de police. Lui-même déplorait surtout le fait d’être éloigné du terrain et du maintien de l’ordre, ses domaines de compétence depuis trois décennies.

Lire aussi: La justice blanchit l’ex-numéro deux de la police

Selon l’arrêt, «le caractère punitif de l’affectation décidée» est encore mis en évidence par le fait que le cahier des charges de chef d’état-major a été modifié et que la fonction de chef du service de presse a été retirée. Les juges balaient aussi les craintes du département, qui évoquait de possibles tensions entre la brigade du renseignement et Christian Cudé-Mauroux pour éloigner ce dernier de son poste précédent.

Sur ce sujet: A Genève, le rapport qui dénonce l’obscure circulation du renseignement policier

Casse-tête entier

Me Eric Maugué, conseil de l’ex-numéro deux, est évidemment satisfait de cette décision. «L’objectif de mon client reste de réintégrer son poste de chef des opérations de manière effective», précise encore l’avocat. Les juges, qui se sont limités à annuler la décision d’affectation, n’ont toutefois pas ordonné la réintégration dans l’ancienne fonction. Le casse-tête reste donc entier pour le département (un recours est encore possible), qui se retrouve avec un prétendant légitime pour un poste déjà occupé. Ce sera à Mauro Poggia, bombardé ministre de tutelle de la Police, de trouver une solution susceptible d’apaiser ce conflit.

Lire enfin: Pierre Maudet, le retour de bâton

Publicité