Si l'on en croit les météorologues, la quatrième édition de la Nuit de la science, qui a lieu dès cet après-midi et jusqu'à dimanche minuit à Genève*, devrait échapper à la pluie. A la pluie, mais pas à l'eau. Car la désormais traditionnelle manifestation, grand rendez-vous annuel du public avec les scientifiques et les artistes, se déroulera cette année sur le thème de l'eau. Les stands des chercheurs sont montés dans le Parc de la Perle du Lac, autour du Musée d'histoire des sciences. Les ateliers sont installés, comme les parcours, le «bar à eau», les scènes – l'une immergée dans le lac. Tous les ingrédients sont réunis pour deux après-midi et soirées de découverte.

Les habitués retrouveront cette année l'esprit des éditions précédentes, ce curieux mélange de science, de fête et de spectacle. Pourtant, cette édition de la Nuit de la science marque plusieurs changements. L'instigateur de la manifestation et ancien conservateur du Musée d'histoire des sciences, Ninian Hubert van Blyenburgh, a en effet quitté ses fonctions pour présider aux destinées du Musée d'ethnographie. Béatrice Pellegrini, journaliste scientifique, qui participe à l'organisation de la Nuit de la science depuis ses débuts, lui a succédé en mai. En pleins préparatifs, elle défend la formule avec une conviction intacte: «La nuit de la science doit continuer. Cette manifestation est essentielle, autant pour le Musée d'histoire des sciences lui-même que pour la culture scientifique genevoise en général.»

La conservatrice peut compter sur un allié qui lui aussi intervient pour la première fois, le nouveau conseiller administratif vert de la ville de Genève, Patrice Mugny. Le responsable compte soutenir l'initiative avec autant d'énergie que son prédécesseur et camarade de parti Alain Vaissade. «La nuit de la science fait partie de mes toutes grandes priorités, déclare Patrice Mugny. Il est essentiel que le public puisse dialoguer avec les scientifiques. Le citoyen est parfaitement capable de saisir les grands enjeux de la science. Il doit pouvoir se prononcer de façon informée.»

En quoi la cuvée 2003 se distinguera-t-elle des précédentes? Béatrice Pellegrini cite d'abord l'effort particulier fait dans le domaine artistique. La manifestation genevoise a toujours mêlé science et culture, mais la collaboration entre chercheurs et artistes a pris une dimension nouvelle (lire ci-contre). Les habitués remarqueront également une nouvelle utilisation de l'espace autour du musée. «L'architecte Yvan Jaton a conçu une implantation des tentes en différents villages, une signalétique beaucoup plus présente», explique Béatrice Pellegrini, très élogieuse envers toute l'équipe d'organisation.

La conservatrice du musée cite encore une forte participation de la société civile. Des organisations liées à la protection de l'eau seront présentes. Notamment Terre des Hommes, qui invitera les enfants à quêter l'eau comme dans un village africain, ou le CICR, qui rendra l'eau du lac potable avec l'une de ses unités mobiles de traitement de l'eau.

Les chercheurs invités à tenir les nombreux «stands de science» n'ont pas eu de peine à trouver des liens entre l'eau et leurs disciplines. Les astronomes s'intéresseront à l'origine de l'eau dans l'Univers ou à sa présence sur les planètes. Les chimistes montreront comment on peut la décomposer, la purifier, la fabriquer. Les géologues comment elle façonne les paysages; les météorologues son rôle dans l'atmosphère; les biologistes et médecins sa façon d'intervenir dans tous les mécanismes de la vie. Le programme prévoit de nombreuses activités pour les enfants et les jeunes: bricolage de fusées et de sous-marins, expériences d'Archimède. Même les tout-petits, dès 3 ans, pourront jouer avec bateaux, pompes et hélices.

Au petit port de la Perle du Lac, il sera possible d'embarquer pour des croisières didactiques. Sur la Licorne, par exemple, le bateau de recherche de l'Institut Forel, ou l'Etoile Arcture, une chaloupe à vapeur de la Tamise. Au programme également, des conférences, des cafés scientifiques, des projections. Mais la Nuit de la science est trop riche pour être résumée. Il ne reste qu'à la vivre.

* Samedi 5 juillet de 14 h à tard dans la nuit, dimanche 6 juillet de 14 h à minuit. Programme détaillé disponible sur place ou sur le site http://www.lanuitdelascience.ch. Manifestation gratuite, tous publics.