Comme un air de déjà-vu. Le 28 novembre prochain, les Genevois seront appelés aux urnes pour six objets cantonaux, dont les heures d’ouverture des magasins. Une antienne ressassée depuis des années et dont on finit par perdre le fil. Mais cette énième péripétie est révélatrice d’un phénomène étourdissant: l’appétence de Genève pour les scrutins.