L'amant a tué le mari. Pourquoi? La brigade criminelle, qui a interrogé lundi le meurtrier d'un ouvrier portugais, n'a pas encore toutes les réponses. Selon Jacques Volery, attaché de presse de la police genevoise, «certaines tensions» sont à l'origine de ce drame. La victime a été abattue à bout portant et est décédée sur le coup. L'auteur du crime s'est quant à lui rendu au poste de police d'Onex pour passer aux aveux.

Peu avant 7 heures du matin, l'ouvrier, âgé de 42 ans, se rend en voiture sur son lieu de travail, avenue des Communes-Réunies, au Grand-Lancy. A peine vient-il de stationner son véhicule dans le parking qu'il est abordé par un compatriote. Ce dernier, un gestionnaire de fortune âgé de 23 ans, sort son pistolet et met un terme sanglant à une courte altercation en tirant plusieurs balles en direction de son interlocuteur. Le meurtrier quitte les lieux avant de se livrer au poste de police de son quartier. Les inspecteurs disposent à ce stade de plusieurs témoignages, dont ceux de deux personnes habitant l'immeuble devant lequel la victime avait parqué sa voiture et qui ont assisté à la scène.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime, qui habitait Vernier, connaissait des problèmes de couple depuis six mois. Son épouse, une Portugaise âgée de 40 ans, l'avait quitté pour vivre avec son jeune amant, l'auteur du crime. Une situation qui a visiblement créé conflits et tensions entre ces trois personnes.