Le mariage de raison a prévalu sur le rêve d’émancipation. Jeudi soir, l’assemblée générale des délégués du PDC a fait un sort à la velléité sécessionniste de sa présidence, qui proposait de rompre l’alliance historique avec le grand frère PLR pour les élections fédérales. L’Entente, forte de 80 ans, a donc tenu bon, après des débats nourris sur l’éventualité d’un apparentement du centre avec les Vert’libéraux et le PBD. Des microformations avec du potentiel pour les uns, des partis fantômes pour les autres, qui auraient pu aider le PDC à décrocher un second siège au National, selon la direction.