Justice

A Genève, la peine qui frappe Renaud Gautier

L'ancien président du parlement cantonal est reconnu coupable d’avoir détourné environ 4 millions de francs pour assurer son train de vie. Les juges estiment que ce gestionnaire de fortune et homme politique disposait de toutes ses facultés au moment d’agir

Figure de la politique genevoise, Renaud Gautier est condamné à 
3 ans de prison, avec une partie ferme de 12 mois. Le Tribunal correctionnel estime que le prévenu a commis une faute grave en siphonnant les comptes de ses proches pour assurer son train de vie. Son attitude est d’autant plus blâmable, ajoute le verdict, «qu’il a agi en qualité de gérant de fortune et qu’une confiance particulière était placé en lui en raison de son activité d’homme politique qui prônait rigueur budgétaire et hautes valeurs morales».

La présidente Sabina Mascotto a annoncé la couleur en précisant que la motivation orale du jugement serait longue et détaillée. Et cette lecture commence plutôt bien pour Renaud Gautier. Un grand ménage est opéré dans l’acte d’accusation. Le montant de l’escroquerie commise au préjudice du chanteur Bernard Lavilliers est revu à la baisse, de même que le nombre de retraits coupables effectués sur le compte de la désormais défunte tante (114 au lieu de 141 pour un total de 3,2 millions de francs).