Migration

A Genève, Pierre Maudet annonce la création d’une unité de lutte contre la fraude sociale

L’Office cantonal de la population a présenté son bilan 2017. Une forte hausse du nombre de demandes de naturalisation a été enregistrée. Par ailleurs, les fraudeurs sont désormais dans le viseur de l’administration

Depuis le 1er mars, une unité d’enquêteurs spécialement dédiée à la lutte contre la fraude sociale est entrée en action dans le canton de Genève, a annoncé le conseiller d’Etat Pierre Maudet, lors de la conférence annuelle de l’Office cantonal de la population. Sa mission est de lutter contre la fraude fiscale en collaboration avec le Département des finances et la Direction des affaires sociales. Elle repérera également les tricheurs aux prestations sociales et les domiciliations fictives, soit le fait de déclarer son domicile à Monaco ou à Dubaï par exemple, alors que la personne exerce ses activités à Genève.

Selon le magistrat, la fraude sociale représenterait entre 3 et 7% du budget social du canton (soit entre 35 et 85 millions de francs). En 2016, une première mesure contre la fraude à l’aide sociale avait été engagée. L’Etat avait alors, dans le cadre d’une amnistie, appelé la population à se dénoncer d’elle-même. Pour Pierre Maudet, «après la carotte, c’est le bâton».

Forte augmentation des naturalisations

Autre sujet abordé lors de la conférence, l’office a traité près de 5800 demandes de naturalisation en 2017, contre 4000 en 2016. Cette forte augmentation s’explique notamment par le durcissement de la loi sur la naturalisation entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Cette loi prévoit que désormais, seuls les détenteurs de permis C résidant depuis dix ans en Suisse peuvent faire une demande de naturalisation. Les autres permis de séjour et cartes de légitimation octroyés notamment aux hauts fonctionnaires des organisations internationales ne sont donc plus éligibles au passeport suisse depuis le début de cette année. Durant le seul mois de décembre, 1700 demandes ont été déposées.

Vers le demi-million d’habitants

Au niveau statistique, le canton de Genève dénombrait 498 221 habitants au 31 décembre 2017. La barre symbolique des 500 000 devrait être franchie d’ici au mois de juin, d’après Hervé Montfort, directeur de l’Office cantonal de la statistique. Les résidents étrangers représentent 40% de la population, un recul en comparaison avec les années précédentes et 65% d’entre eux sont originaires d’Europe.

Enfin, en 2017, 283 décisions d’expulsion ont été prononcées, dont 139 exécutées. Un record suisse, selon Pierre Maudet. La différence s’explique par le fait que, selon le pays d’origine de la personne renvoyée, l’office peut décider de repousser l’expulsion.

Publicité