Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pierre Maudet, conseiller d'Etat charge de la sécurité et de l'économie, et Monica Bonfanti, cheffe de la police cantonale genevoise, s'expriment lors d'une conférence de presse, le 3 décembre 2015 à Genève.
© MARTIAL TREZZINI

Sécurité

A Genève, Pierre Maudet veut «repenser l'action policière» 

La baisse de la criminalité se tasse dans le canton et les forces de l'ordre s'attendent à une année animée 

Le cœur n’y était pas vraiment. Il faut dire que le bilan policier genevois présente cette année une moins bonne santé. La baisse de la criminalité se tasse et va probablement atteindre un seuil qui s’annonce difficile à franchir. Pour contrer cette morose perspective, le conseiller d’Etat Pierre Maudet entend «penser de façon différente l’action policière».

Lire aussi: En Suisse, la répartition géographique du crime a changé

Une période agitée attend les forces de l’ordre avec la nouvelle loi. La cheffe de la police, Monica Bonfanti, va prendre le titre de commandante, les nominations vont se préciser à la tête des services et le magistrat annonce la présentation de nouveaux «axes stratégiques». Pour l’heure, Pierre Maudet évoque surtout une réflexion au niveau de l’espace du Grand Genève ainsi que le renforcement des effectifs.

Des policiers qui sont de plus en plus malmenés lors de leurs interventions. Les violences ou menaces contre les autorités ou les fonctionnaires ont augmenté de 70% en 2015. Et ce n’est pas sous l’effet d’un mot d’ordre intimant aux collaborateurs de porter plainte à chaque incident, précise Monica Bonfanti.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a