L'affaire est sans lien avec la pénurie d'enseignants, mais la reconversion d'un collège genevois est aujourd'hui évoquée. L'introduction, en septembre 1998, de la nouvelle maturité a porté à onze le nombre d'établissements délivrant ce certificat et trois écoles de commerce sont devenues des institutions mixtes en accueillant aussi une filière gymnasiale. Il s'agit de l'école André-Chavanne et de celles de Saint-Jean et de Malagnou, qui portent désormais les noms de Nicolas-Bouvier et d'Emilie-Gourd. Quant au Collège de Staël, il accueille la filière professionnelle commerciale.

Mais ces changements de statut pourraient bien n'être que provisoires pour certains d'entre eux. L'introduction du nouveau système, qui remplace la subdivision des sections par un choix d'options, s'avère complexe à gérer. Dans certains endroits, le nombre d'élèves intéressés à certaines branches est insuffisant pour assurer l'enseignement. C'est le cas notamment avec les langues anciennes ou la musique, où les étudiants doivent parfois se déplacer dans d'autres collèges pour suivre leurs cours.

Des choix contraints

Mais, à l'usage, le système pose certains problèmes. «Nous avons sous-estimé l'importance de l'identification des jeunes à un seul établissement, analyse Marianne Extermann, directrice générale de l'enseignement secondaire. Et certains d'entre eux sont amenés à choisir des options uniquement pour rester dans un collège, alors que le choix devrait être dicté par leurs aptitudes et leurs intérêts, et non par la volonté de rester dans les mêmes murs.»

Le Département de l'instruction publique planche actuellement sur les solutions pour y remédier. L'hypothèse de supprimer la filière gymnasiale dans l'un des établissements mixtes est évoquée. Elle permettrait à d'autres sites d'atteindre un bassin d'élèves suffisant.

«Pour assurer un bon fonctionnement du système à options, il nous faudrait idéalement environ 700 élèves sur un site», précise Marianne Extermann. Dans certains établissements mixtes, à peine la moitié de ce seuil est atteinte.