Impossible d’y échapper. Le cybercrime, qui défraye de plus en plus souvent la chronique, prend une place centrale dans les chiffres policiers. Au niveau national, l’Office fédéral de la statistique évoque une augmentation de 24% des infractions numériques en 2021. A Genève, ces cas ont carrément bondi de 45% (38% à Neuchâtel) et détrônent désormais les cambriolages, qui figuraient longtemps au hit-parade des activités les plus en vogue dans le canton. Une réalité encore sous-estimée, la partie obscure et non dénoncée étant sans doute très importante en matière d’astuce sur internet. «Ce domaine mérite toute notre attention», a souligné le conseiller d’Etat Mauro Poggia à l’heure de présenter les tendances et les défis sécuritaires du moment.